Main - Animation


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Simpsons Movie/Les Simpson - le film

Aller en bas 
AuteurMessage
Kira
Admin
avatar

Messages : 232
Date d'inscription : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: The Simpsons Movie/Les Simpson - le film   Ven 14 Déc 2007 - 0:00

Titre original : The Simpsons Movie

Titre français : Les Simpson - Le film

Titre québécois : Les Simpson



Dates de sorties :
25 juillet 2007 (FR)


Avec les voix de :
Dan Castellaneta, Julie Kavner, Nancy Cartwright, Yeardly Smith, Hank Azaria, Harry Shearer, Albert Brooks, Minnie Driver, Erin Brokovich

Synopsis :
Lorsqu'Homer pollue gravement le lac de Springfield, une agence de protection de l'environnement décide de mettre la ville en quarantaine en l'isolant sous un énorme dôme. Les Springfieldiens, fous de rage, sont bien décidés à lyncher le coupable. Devant cette vague d'animosité, les Simpson n'ont d'autre choix que de fuir et de s'exiler en Alaska.


Caractéristiques du film : Animation 2D

Réalisé par : David Silverman

Musique de : Hans Zimmer

Thème de : Danny Elfman

Durée du film : 1 heure 30 minutes


Images du film :








Critique :

Qui aurait bien pu miser un seul centime sur Matt Groening et ses dessins farfelus lorsque LES SIMPSON fut crée en 1989 pour quelques épisodes sur la Fox ? 18 ans après, 18 saisons plus tard, on se demande bien comment certains producteurs ont pu avoir autant de flair que de donner sa chance à cet homme délirant, créateur de la série la plus longue jamais faite à la télévision. Mais le résultat est bien là : malgré des premières saisons épouvantablement mal animées (je ne peux pas supporter les 6 premières saisons à ce niveau), malgré une concurrence de plus en plus rude (le réalisme de KING OF THE HILL, l’avatar « humain » LES GRIFFIN, la vulgarité de SOUTH PARK), malgré d’autres petits bijoux dans le genre (FUTURAMA, tout simplement énorme), LES SIMPSON font maintenant partis de la culture américaine, comme les hamburger. Tout le monde a déjà entendu parler de cette famille jaune, de son patriarche totalement débile mais réellement touchant, du grand-père râleur, du clown alcoolique, de ses guests géniaux (de Ron Howard aux Rolling Stones), de son ton politiquement incorrect sans tomber dans l’outrance. Depuis tout ce temps à la télévision, il manquait cependant une chose à la série : un long-métrage. Et depuis plus d’une dizaine d’années, c’est ce qui trotte dans la tête de Groening et sa fidèle équipe, rendu réellement possible avec l’arrivée du film SOUTH PARK. Il a prouvé qu’une aventure sur grand écran pouvait à la fois prolonger une expérience télévisuelle pendant 1h20, toucher un nouveau public amateur de nouveauté (ou d’insultes dans ce cas précis) et ne pas entacher la longévité de la série, étant donné que les sales gosses de Trey Parker & Matt Stone officient toujours à la télévision. La question était donc la suivante : est ce qu’une série aussi énorme que LES SIMPSON pouvait, à l’aube de sa 19ème saison, trouver la force et l’originalité de faire un long-métrage sans ennuyer le fan de base ? La réponse est oui, même si le résultat ne restera pas dans les mémoires.

Quel est l’intérêt d’aller voir un programme que l’on peut voir gratuitement à la télévision ? Tel est le point de vue de ce cher Homer à la vision du film ITCHY & SCRATCHY, qui en profite pour se retourner vers nous et nous traiter de joyeux imbéciles. C’est aussi la question que le spectateur se pose lorsqu’il s’assied, et à laquelle Groening ne répond jamais, car il connaît bien son public : nous sommes là pour voir plus que 20 minutes d’Homer, plus que des petites apparitions hilarantes, plus que le cocktail habituel de la série. Une note d’intention sans cesse détournée et malmenée dans tous les sens, puisque après avoir repris le générique d’ouverture lors d’un long plan séquence traversant Springfield et ses petits bijoux (Burns et sa brosse à dents trop lourde entre autres), on a le droit à la fameuse punition de Bart qui se transforme en « Je ne téléchargerai pas ce film illégalement » et surtout une pub au milieu d’une séquence particulièrement éprouvante pour Homer, qui annonce la diffusion d’American Idol dans la semaine. Les auteurs ne se prennent donc jamais au sérieux et s’amusent avec les stéréotypes habituels de la série (ou de la télévision), annonçant même un « A Suivre » avant la troisième partie du film ou montrant la famille au cinéma à côté de nous durant le générique de fin. Mais malgré cela, Groening respecte entièrement la structure de son show habituel en éclatant la narration avec les 10 premières minutes du film qui n’ont aucun rapport avec le reste de l’intrigue (comme les premières scènes d’un épisode basique), présentant heureusement la plupart des blagues de la bande-annonce, et dévoilant frontalement le pénis de Bart durant une course poursuite en skateboard à travers Springfield façon AUSTIN POWERS. La couleur est donc le jaune, mais avec cette notion en plus : le film pourrait bien devenir plus qu’un simple long épisode.

Pourtant, et c’est ce qui fera la seule faiblesse du métrage, le manque d’ambition artistique et scénaristique fait que le film se regarde facilement, avec un paquet de vannes et de détail géniaux, mais se trouve bien loin d’être mémorable. Pas sûr qu’on retiendra l’aventure comme le plus grand bouleversement du show ou l’accomplissement d’un rêve de fan, car le tout relève de l’anecdotique, comme ci s’était « juste » ce que l’on attendait d’une expérience comme celle-ci, sans grand étonnement. La preuve avec la construction du métrage, tellement carrée qu’elle en devient un peu barbante, puisque rien ne vient chambouler l’aventure de la famille Simpson. La première partie nous montre donc comment, d’une simple folie de Abraham Simpson dans une église (hilarante, comme toutes les répliques du grand-père) et de l’enquête d’une Marge suspicieuse par la suite, le problème de pollution de Springfield devient problématique jusqu’à ce que Homer et son légendaire appétit pour les donuts (même sur l’affiche tout de même) mette Springfield en tête de liste des villes les plus pollués du pays. Les habitants, voulant alors se débarrasser de cet énergumène amoureux de son nouveau cochon débile, vont pousser la famille à s’enfuir hors du dôme, vers l’Alaska. C’est aussi le début d’une deuxième partie beaucoup trop rapide, puisque l’on passe seulement une dizaine de minutes dans la neige en compagnie des gentils animaux de la forêt choqués par les pratiques sexuelles humaines, avant que Marge ne quitte son mari pour finalement se faire enfermer à nouveau dans un Springfield métamorphosé en ville apocalyptique. La quête d’Homer mène à l’ultime partie du film, le retour de notre héros dans le dôme pour sauver sa famille et l’entourage qu’il déteste tant mais dont il a néanmoins besoin.

Bien heureusement, malgré ces défauts minimes qui font que le film n’est pas parfait et aurait gagné à être plus long (120 minutes n’auraient pas été de refus, franchement), LES SIMPSON prolonge tout ce qu’on adore dans la série, en amenant un paquet de détails amusant sans tomber dans le film « de potes » avec ses private-jokes que seuls les fans hardcore peuvent comprendre. Cela commence dès le début du métrage où l’on retrouve de très sympathiques caméos ou apparitions de personnages grimés : Green Day qui ose le politiquement incorrect et l’auto parodie (le chanteur ne fait que des « Da Da Da » pour reprendre le thème de Danny Elfman, le batteur se prend une pierre dans les parties intimes alors qu’il a perdu un testicule dans la vraie vie), Arnold Schwarzenneger en président des Etats-Unis débile et Tom Hanks en manipulateur au service du gouvernement pour faire croire que Springfield n’a jamais existé. Un cocktail qui se retrouve aussi dans les habitants de Springfield (et leurs doublages français, tous respectés) que l’on retrouve avec plaisir : Moe qui déteste toujours autant les enfants et s’improvise roi d’une ville désenchantée, le vendeur de comics fier de la vie qu’il a mené, le chef Wiggum et son équipe de bras cassés incapable de comprendre ce qui se passe sous leurs yeux, Tony et ses sbires qui trimballent un corps dans toute la ville, Milhouse extraordinairement nul en drague comme à son habitude, les Flanders et leurs petits tics chrétiens, Barney et son problème d’alcool, Nelson et son « ah ah » venant directement de sa mère, Kent Brockman qui a un gros problème de botox, Ralph qui chante le thème de la Fox puis devient homosexuel, un Claytus encore plus culte que dans la série, Burns qui pour une fois écoute son cœur (et lance sa douzaine de chiens aux trousses des intrus dans son manoir) ou encore le pauvre Martin qui se venge une fois pour toute de ses agresseurs.

Mais ce serait oublié l’essentiel : les Simpson eux-même, puisque le film est clairement la grande aventure familiale de l’été pour ces 5 énergumènes qui conservent tout ce qu’on aime en eux, en rajoutant à chaque fois un petit plus agréable. La grande force du film vient du fait que, à chaque fois que le film pourrait virer vers le larmoyant primitif et agaçant, l’ambiance apporte une dose d’humour (Marge qui répète la même réplique qu’Homer sur leur couple avant que ce dernier trouve cela totalement stupide) ou de rédemption (Bart pardonne Homer dès qu’il cite la bombe qu’il tiendra) qui fait que rien n’est niais ou exagéré, toujours dans les tons jaunes que l’on adore. Ainsi, Marge est à deux doigts de sombrer dans la déprime tout le long du film (personne ne la croit sur les indices qu’elle a trouvé dans le discours d’Abraham, son mari se montre égoïste), Lisa perd son premier véritable amour en suivant sa famille (mais elle s’affirme enfin et frappe Bart en pleine figure), Bart lui est encore plus barge que d’habitude (entre sa poursuite nue, son problème d’alcool, son rapprochement de Flanders, il y a de quoi faire), Maggie parle pour la deuxième fois dans l’univers Simpson (ne pas oubliez le « papa » lancé à la fin d’un des épisodes les plus touchants du show), alors que Homer trouve un rôle à a démesure comme il est impossible d’en imaginer. On l’avait vu dans les pires situations possibles, mais c’est encore pire ici, puisqu’il substitue son fils à un cochon, qu’il lui lance des défis inutiles et dangereux, qu’il emmène sa femme d’accident en accident, qu’il torture de pauvres chiens de traîneaux, qu’il chante Spider-Cochon a tout va (CULTE), qu’il imite une tronçonneuse pour écarter les habitants furieux, qu’il se parle à lui-même en marchant dans la neige, et qu’il déchaîne la population tout le long du film avant de sauver Springfield et reconquérir le cœur de son épouse. Ce sera sa plus grande victoire, sans qu’il devienne un véritable héros intelligent, conservant tout son appétit, sa crétinerie et sa spontanéité dangereuse pour le plus grand bonheur du spectateur. On retiendra d’ailleurs ça en priorité à la fin du film : Homer est bourré de défauts, mais on l’adore quand même.

Alors oui, LES SIMPSON – LE FILM ne marquera probablement pas l’histoire de la série, et conservera un goût d’inachevé tant qu’une suite cinématographique ne sera envisagé. Mais il ne faut pas pour autant bouder son plaisir : on passe un sacré bon moment, on se marre du début jusqu’à la fin, on retrouve le charme de la série sans pour autant voir un immense épisode régressif, c’est magnifiquement bien fait (le mélange 2D/3D du réalisateur de MONSTRES & CIE marche à merveille) et Homer est le meilleur anti-héros de l’histoire du cinéma d’animation. On l’aura sûrement oublié dans une petite année, mais c’est déjà ça de gagner !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://main-animation.forum-actif.net
Cobain59

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 29/12/2007
Age : 33
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: The Simpsons Movie/Les Simpson - le film   Sam 29 Déc 2007 - 19:06

Affiche française :



Mon avis : Après Ratatouille, Les Simpson, le Film était le deuxième film de l'été 2007 que j'attendais le plus. Comme pour le dernier PIXAR j'ai suivi l'évolution du projet de ses balbutiements jusqu'à sa sortie, le découvrant petit à petit au fil des mois avec d'abord le teaser avec Homer en Superman au mois d'avril 2006, puis les extraits du story board en juillet au comic con (salon de comics très réputé aux States), les premières images et enfin les différentes bande-annonces. Normalement je ne devais pas aller le voir ce soir mais grâce au ptit Adrien qui m'a gentiment offert ma place j'ai put le découvrir le jour de sa sortie. Après 20 ans de télé la famille Simpson s'est enfin décidé à crever l'écran! Mais le projet ne s'est pas fait en un jour, un film était déjà prévu depuis 1993 mais Matt Groening a préféré attendre de vour le bout de la série avant de se lancer sur le grand écran (bientôt la fin des Simpson?). C'est dire si le film était attendu au tournant! Le problème le plus intéressant était de voir comment une série dont les épisodes ne dépassent pas 20 minutes allaient se débrouiller pour rester aussi drôle et pertinente dans un format long. Alors, pari réussi?




Quand on a été bercé tout son enfance et son adolescence par une bande de débiles jaunâtres à la télé, quel bohneur de les retrouver sur grand écran! La série n'a rien perdu de son comique, je dirais même qu'elle renaît presque de ses cendres (les épisodes des dernières saisons étaient très inégaux). Homer est toujours aussi débile, Bart se donne à 200%, jusqu'à montrer certaines parties de son coprs qu'il n'avait encore jamais dévoilé! Lisa s'avère légèrement plus dôle que dans la série, même si ses tendances à vouloir toujours bien faire reste agaçante. Marge reste fidèle à elle-même, elle supporte tant bien que mal les humeurs de son mari, jusqu'à craquer évidemment (un grand classique de la série). Enfin Maggie tient un rôle assez important (je vous laisse découvrir pourquoi) et son combat avec le biberon cassé est déjà mythique! Par contre il est regrettable qu'on ne voit pas plus les autres personnages de la ville, ils sont plus figurants qu'autre chose, représentant la masse populaire histoire de remplir l'écran, dommage. Parmi les nouveaux personnages le cochon d'Homer reste le plus drôle, bon nombres de gags du film tournent autour de lui (spider cochon spider cochon, il sait marcher au plafond ^^).




L'histoire est évidemment assez tordue, de nombreuses choses dans le film sont complètement invraissemblables mais rien de grave étant donné que cela reste dans l'esprit de la série. D'ailleurs au passage que ceux qui ne connaissent pas la série par coeur se rassurent, les références aux épisodes télé sont vaiment minimes et même quelqu'un qui n'aurait jamais vu la série saura apprécier le film à sa juste valeure. En fait le film est assez indépendant de la série, on ne sait pas si il se déroule durant la première saison ou la 18ème. Le film souffre malheureusement de quelques longeurs, surtout à la fin du deuxième acte (avant le dénouement final). Mais rien de bien grave, c'est juste que pendant ce laps de temps les gags sont moins nombreux que dans le reste du film. Ces derniers sont d'ailleurs forts réussis, on rit énormément et pas juste un ptit sourire! Homer reste évidemment le personnage le plus drôle du film, fidèle à lui-même il est le symbole du bof américain pur sang, le genre de mec qu'on préfère voir en dessin animé qu'en vrai (mon Dieu faite que des gens comme ça n'existent pas! ^^).




Techniquement des efforts on été fait par rapport à la série, la 3D fait ainsi son apparition, que ce soit pour les véhicules ou les immeubles. Son intégration à l'univers 2D est plutôt bien réussi et on ne se rent compte de sa présence que par la fluidité de l'animation changeant selon qu'il s'agisse de 2D ou de 3D. J'avais eu un peu peur en voyant la band-annonce au cinéma, les personnages semblaient foncés, les couleurs bizarres. Heureusement il n'en est rien dans le film, on retrouve toute la palette de la série et les personnages sont bien jaunes! Le film n'est évidememnt pas au format 4/3 mais cinémascope, ce qui ne change pas grand chose en fait! Si, les décors sont ainsi mieux mis en valeur mais à vrai dire ce ne 'est pas l'intérêt premier du fim! Ces derniers sont tout de même bien plus beau que dans la série, même si ce n'est pas non plus du grand art. L'animation quant à elle n'a pas beaucoup évolué par rapport à la série, mais c'est aussi ce qui fait son charme (une animation simple mais efficace) rien à redire donc.
Les Simpson, le Film est donc à la hauteur de la série, c'est à dire excellent malgré quelques longueures vites oubliées. Plus long, plus beau et aussi drôle que les épisodes télé, le film permet un beau renouvellement de la série, la rendant encore plus populaire qu'elle ne l'était (si c'est possible!).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.artofdisney.canalblog.com
 
The Simpsons Movie/Les Simpson - le film
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UP] Les Simpson - Le Film [DVDRiP] 2007
» The Simpsons Movie
» AMAZING SPIDERMAN MOVIE LIZARD BUST
» [Film] Judge Live Action Movie
» Naruto le film 8 : Boruto the movie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Main - Animation :: The Art of Animation :: Fox Animation-
Sauter vers: