Main - Animation


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quest for Camelot/Excalibur, l'épée magique

Aller en bas 
AuteurMessage
Queen Narissa
Admin
avatar

Messages : 97
Date d'inscription : 02/12/2007
Age : 31
Localisation : Paris

MessageSujet: Quest for Camelot/Excalibur, l'épée magique   Sam 8 Déc 2007 - 19:11

Titre original : Quest for Camelot

Titre français :Excalibur, l'épée magique

Titre québécois : La légende de Camelot



Dates de sorties :

-15 May 1998

Avec les voix de :

Jessalyn Gilsig (Kayley), Cary Elwes (Garrett), Gary Oldman (Ruber), Don Rickles (Cornwall), Eric Idle (Devon), Jane Seymour (Juliana), Pierce Brosnan (Arthur), Gabriel Byrne (Lionel), John Gielgud (Merlin)


Synopsis :

Le film se concentre essentiellement sur Kayley, fille d'un chevalier de la table ronde tuée par l'ignoble Ruber, diabolique chevalier voulant dérober l'épée du roi Arthur. Quelques années après sa mort, Ruber arrive enfin à mettre la main sur l'épée mais son acolyte la perd dans une forêt mystérieuse. Pour Kayley, une quête commence, où elle rencontrera sur son chemin Garrett, ermite aveugle, et un dragon déjanté à double tête.


Caractéristiques du film : Animation 2D

Réalisé par : Frederik Du Chau

Musique de : Carole Bayer Sager,David Foster

Paroles de : Carole Bayer Sager,David Foster

Durée du film : 1 heure 23 minutes


Images du film :
























Critique :

Sûrement la meilleure fausse bonne idée pour un film d'animation de cet acabit, à savoir sorti des sentiers battus. Le concept de départ ? Réadapter l'univers incroyable du Moyen-âge et de la légende du Roi Arthur pour en faire une toute nouvelle relecture, autour de la légende de l'épée magnifique qu'est Excalibur. Une période de l'histoire pratiquement jamais abordé de front dans les multiples dessins animés, et quand on voit le résultat final, on se dit que ça ne change rien du tout que ce pauvre petit film existe.

Dès le début du film, on se rend compte que cette quête va être en faites une réunion de tout ce qu'il ne faut pas faire dans un film d'animation un tant soit peu bon. La cause principale ? Son héroïne. On la croit forte à cause de la mort de son père, mais elle est plus superficielle que toutes les autres réunies: faussement impulsive, râlant pour rien, elle est un véritable poids dans le récit. Même ses rencontres se concluent par des questions stupides de sa part, des blagounettes lancées à tout va, et on ne croit pas une seconde qu'elle puisse être déterminé à venger l'honneur de son père, vu la scène où elle prétend être chevalier plutôt que femme. En plus de cela, les scénaristes se sont bien amusés à faire chanter tous les personnages du récit sans exceptions, même quand ils n'ont strictement rien à dire. Des chansons qui ne riment absolument pas, qui sont longues et sans doses de folie (à part la chanson de Devon & Cornouailles), et qui n'ont franchement aucun intérêt dans le récit. Les morceaux musicaux pourraient être remplacés par des séquences dialoguées, cela ne changerait absolument pas: le père et sa fille commence un duo sur la plage, le méchant gueule à tout va pour obliger ses armées à se jeter dans une potion magique, le héros romantique a plein de remords et pousse la chansonnette, tout le monde y va de son grain de sel sans vraiment se rendre compte que le résultat final est ridicule.

Mais au fil du récit, on se dit que quelques bonnes idées sauvent le tout de la noyade totale. En faites, c'est un peu le contraire qui se produit: les bons choix scénaristiques se révèlent finalement déplorant, car on se dit que certaines scènes sont les seules intéressantes parmi ce foutoir total, c'est le cas de le dire. Mal rythmé, la quête de Kayley (prénom bien évidemment très répandu au Moyen-âge) commence par sa fuite lors d'une embuscade de Ruber. En faites, elle atout le temps pour sortir de son domaine et rejoindre la forêt, mais elle met on ne sait pourquoi énormément de temps à trouver un cheval, donc les méchants pas beaux se lancent à leur trousse. Là intervient la première bonne surprise du film: le "prince charmant" est un anti-héros fuyant la vie de château, devenu aveugle à la suite d'un accident (dès qu'il en révèle trop, ça devient sacrément affligeant, surtout quand il nous sort d'un coup qu'il connaissait bien le père de Kayley qui l'avait élevé comme un fils). Un aveugle souvent insensible, n'écoutant que son pauvre aigle aux ailes dorés, jusqu'à une deuxième rencontre amusante quoi qu'un peu lourdingue. Car s'il faut bien un boute-en-train dans chaque bon dessin animé (vérifiez un peu: le génie de "Aladdin", les souris de "Cendrillon", les nains de "Blanche-neige"), celui d'Excalibur est plutôt bon, puisqu'il s'agit d'un gentil dragon à double tête, une sorte de siamois appelé Devon & Cornouailles, qui sortent des vannes et imitent tout un tas de personnages tout le long de leurs aventures (de Elvis à Cher). On en vient aussi à dire que même le méchant très charismatique et son acolyte ailé Griffin sont plus intéressants que l'héroïne car mieux traités. Et c'est ça le problème: à force de s'en foutre royalement de l'héroïne, on s'en fout royalement de tout le film.

Pourtant, les péripéties interminables continuent: ils échappent au dragon, récupèrent l'épée qui servait de cure dent à un ogre d'une laideur sans nom (avec ses faux airs de 3D mal fichue, c'est ridicule), puis Ruber intervient et prépare une invasion de Camelot en se cachant sous des couvertures d'un énorme convoi. Kayley retrouve la gentille maman qui n'a rien foutu de tout le film, puis affronte une ultime fois Ruber en replantant l'épée dans la pierre originale où Arthur l'avait extraite. C'est logique, cette pierre s'ouvre et se ferme à volonté bien entendu. Il faut aussi parler des autres éléments fantastiques intervenant: une forêt maléfique qui tente d'attaquer le moindre être humain, une potion magique combinant les armées de Ruber avec leurs armes pour en faire des robots géant (notez aussi l'apparition d'un poulet/hache toute en finesse au fil du film) et d'autres conneries de ce genre qui transforment Camelot en un immense terrain d'héroïc fantasy. Si seulement Tolkien avait influencé les auteurs de ce massacre...

"Excalibur, l'épée magique" est bien évidemment une bonne petite daube en matière de film d'animation. Quelques bonnes trouvailles chez les personnages, des éléments de décors intéressants (forêt se retrouvant de plus en plus dangereuse) et une animation parfois très bonne (mais parfois médiocre) ne font pas oublier l'amourette terrible entre un héros intéressant mais traité par-dessus la jambe et une héroïne insipide qui nous plombe avec ses histoires de vengeance. Passez votre chemin, ce Camelot est vide...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Quest for Camelot/Excalibur, l'épée magique
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Main - Animation :: The Art of Animation :: Warner Bros Animation-
Sauter vers: