Main - Animation


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Serious Sam, the Second Encounter

Aller en bas 
AuteurMessage
Kira
Admin
avatar

Messages : 232
Date d'inscription : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Serious Sam, the Second Encounter   Dim 9 Déc 2007 - 5:14



Il y a des jeux comme ça, qui sont faits pour être apprécier tranquillement lors d'une après-midi pluvieuse, ou pendant des vacances où l'on reste scotché à son ordinateur comme à sa bouée de sauvetage. Avant, le digne représentant était l'excellent DESTRUCTION DERBY, faux jeu de voiture qui était en faites l'occasion de faire des gigantesques "car-crash" et d'exploser tout et n'importe quoi. Un thème que l'on retrouvera un peu partout (dans GTA par exemple), mais est l'occasion de montrer que parfois, il faut être bourrin et décomplexé dans le monde du jeu vidéo. SERIOUS SAM fait partie de ce type de jeu, au même titre qu'une partie online de QUAKE et autres jeux façon DUKE NUKEM où les tripes volent en éclat sous un arsenal travaillé dans les moindres détails.
On doit la série des SERIOUS SAM à Croteam, où des petits gars malins avaient crées la surprise avec SS: FIRST ENCOUNTER, où comment Sam "Serious" Stone affrontait dans un royaume égyptien Mental, une sorte de monstres machiavéliques venu droit de l'enfer. Ce second volet n'est donc pas SERIOUS SAM 2 a proprement parlé (vu qu'il vient de sortir sur PC), mais une suite directe à la première rencontre entre les armées de Mental et Sam. D'où le nom SERIOUS SAM: THE SECOND ENCOUNTER.

On retrouve donc l'anti-héros type avec ses remarques stupides (tel "Ah un monstre à deux têtes, je me demande comment il chie") dans une nouvelle aventure encore meilleure que l'originale, qui jouait plus sur l'effet de surprise que sur la qualité type du produit: Sam perd le contrôle d'un vaisseau spatial syrien et s'écrase dans des montages d'Amérique du Sud alors qu'il voulait rendre une petite visite à Mental. Il débarque alors sur un nouveau territoire à exploiter face aux armées de son pauvre ennemi, qui veut comme tout le monde conquérir le monde (faut dire qu'il n'a pas d'autres préoccupations). Autant le dire tout de suite: même si il est meilleur que le premier, le jeu ne révolutionnera en rien le genre si réputé du FPS, et n'est qu'une amélioration du volet 1 avec un peu plus de choix à maintes niveaux. Cependant, si on n'a pas joué au premier ou si on veut tout simplement assister à un spectacle bourrin, c'est ici que ça se passe !

Sans aucune prétention, l'équipe de Croteam a réservé une armée de monstres tous débiles les uns que les autres, et qui vont vous attaquer à maintes reprises alors que vous tentez de découvrir les pièces du puzzle qui vous permettent d'avancer sur une carte divisée en 3 parties (une première amazonienne, une seconde plus égyptienne tandis que la troisième est clairement glacée). Le scénario n'est pas plus inventif que ça, mais c'est justement ce qui permet de ne pas se prendre la tête ou de ne pas foncer tout droit sans rien comprendre à ce qui se passe. Il faut ici cherchez des masques ou des boutons pour ouvrir une porte qui vous mène à une autre map ou un autre monde, selon la durée de jeu. THE SECOND ENCOUNTER se situe aussi dans la catégorie de jeu qui même s'ils ne sont pas très longs et plutôt simples (c'est toujours la même chose dans chaque niveau), sont agréables à jouer. Que demander de plus ? Des créatures hideuses, du gore qui tâche et un arsenal premier choix. Eh bien justement, on trouve ces caractéristiques dans chaque monde où tout est parfait dans ses trois catégories.
On retrouve donc un bestiaire jouissif fait de monstres à la fois totalement cons, mais aussi particulièrement vicieux: des arachnides mécaniques, des reptiles lançant du feu ou des boules vertes, des kamikazes sans têtes qui explosent près de Sam, des scorpions énormes avec des mitraillettes, des harpies volant haut dans le ciel, des hommes à tête de citrouille munis de tronçonneuse, des taureau garou qui vous propulse à des mètres en l'air, des gnaars immondes, un boss qui est tout simplement une tornade géante, des squelettes fraîchement ressuscités, des golems de lave, des lanceurs de bombes tenant leur têtes dans une main, des mercenaires baveux et d'autres types de monstres qui foncent vers vous dès que vous entrez dans une nouvelle map, ou qui reste dans des endroits confinés en hauteur pour vous bombardez. A chaque monstres est associé un bruit, ce qui permet au joueur d'avoir la même réaction d'hystérie lorsqu'on entend un cri strident de scorpion, ou d'hilarité lorsque les kamikazes foncent vers vous en criant des "AAAAAAHHHHHH" sans fin avant d'exploser.
Face à eux, une seule solution: un énorme couteau militaire, une tronçonneuse illimitée pour découper la chair, deux revolvers, un énorme fusil de chasse, un minigun efficace, une Thompson, un lance roquettes, un fusil à lunettes, un lance grenades, un lance flammes à très longues portés, une bombe fatale éliminant tout les ennemis ou le must, un canon envoyant des boulets énormes qui rebondissent sur les murs en explosant la vie des pauvres êtres en face de vous. Bref, un sacré arsenal auquel s'ajoute des bonus comme la rapidité, l'invincibilité, l'immortalité ou les différents gilets pares balles.

Au contraire de ce que l'on pouvait penser, l'interface de jeu général de SERIOUS SAM est, en plus d'être magnifique du premier au dernier plan, très inventif et offre des niveaux plutôt corsés et particulièrement jouissifs eux aussi. Alors que l'on se balade aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur, les différentes maps offrent une vue d'ensemble très belle et sont carrément gigantesques à explorer si on veut trouver tout les petits bonus dispersés. Une faune variée (que l'on peut brûler ou exploser, au choix) qui se voit occupée par des immenses palais aux inspirations orientales, ou des glaciers énormes sortis de L'HISTOIRE SANS FIN. En plus de cela, les créateurs prennent un malin plaisir à malmener le pauvre joueur au cours de niveaux pas vraiment difficiles mais visuellement très recherchés: un long tunnel aux murs ovales où l'apesanteur est absentes, des grandes salles où l'on est propulsé dans les airs ou sur les côtés, des pièges dû au vent qui rentre lors d'un tunnel et qui nous pousse sur des murs piégés, des fléchettes ou explosions sur les murs, et ainsi de suite.

Mais finalement, où se situe la limite du jeu ? Pas dans le gameplay qui étonne dans chaque niveau, pas par le manque de scénarios qui ne pêche en rien le plaisir, mais justement dans le traitement des différents rebondissements du jeu. En effet, il suffit de voir la partie 2 pour observer les erreurs de Croteteam, toutes bêtes: c'est simplement les répétitions des mêmes actions qui peuvent vite lasser. Le rythme des missions est simple: on entre dans une pièce, on combat quelques ennemis, puis on tombent quelque part avec encore plus d'ennemis. Idem pour les cartes se déroulant à l'extèrieur, où on assiste à une véritable boucherie tant le nombre d'ennemis est important. Sauf que ce sont toujours les mêmes. On a le droit à des monstres lançant des boules vertes qui poursuivent le joueur avant d'exploser presque à chaque fois, même constat aussi pour les taureaux qui foncent vers vous ou le pire les squelettes d'animaux qui sont à chaque fois des dizaines dans les mondes. A force, on ne se détend plus et on assiste au même stratagème que l'on a pu voir il y a 2 minutes dans une toute autre étape du jeu. C'est bien dommage, surtout que ça limite le temps de jeux à 2 heures si on est pas en coopération (car là, tout est drôle, même les effets de répétitions).

Le jeu propose aussi différents modes multi joueurs, allant du plus classique au plus efficace. En ligne sur Internet ou en réseau local, on peut donc trouver des Deathmatch, des Deathmatch par équipes ou des Captures du Drapeaux, ce qui revient dans pratiquement tout les FPS sur Pc. Mais on peut aussi rejoindre ou crée un serveur pour faire le jeu du début jusqu'à la fin en ligne, ce qui est plus intéressant de le faire seul. D'une part car à plusieurs, c'est terriblement bordélique donc extraordinaire, et d'autre part car cela permet d'aller un peu plus vite au lieu de tuer les mêmes monstres un par un soi-même.

Disponible maintenant à moins de 5 euros dans la plupart des magasins spécialisés ou non (je l'avais eu à 2 euros à la Fnac il y a maintenant quelques années), SERIOUS SAM: THE SECOND ENCOUNTER est le jeu parfait pour passer un bon moment sans trop se prendre la tête, même s'il est préférable de jouer modérément. Et puis, qui pourrait refuser d'avoir en voix de Sam le célèbre doubleur de Bruce Willis, Patrick Poivret ? Personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://main-animation.forum-actif.net
 
Serious Sam, the Second Encounter
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Main - Animation :: Culture :: Jeux Vidéo-
Sauter vers: