Main - Animation


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 24 - Saison 5

Aller en bas 
AuteurMessage
Kira
Admin
avatar

Messages : 232
Date d'inscription : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: 24 - Saison 5   Dim 9 Déc 2007 - 5:46



On avait laissé Jack Bauer sur un chemin de fer vide, marchant à contre-jour, lunettes noires sur le nez, sac à dos à la main, à peine remis de sa fausse mort. Un ultime plan qui a fait vibré tout les fans de 24 HEURES, et même ceux qui ont trouvé cette saison 4 plus inégale et moins dense que la saison 3, et même de la première saison, à l'origine du carton phénoménal de cette série révolutionnaire (logique). Si on savait tous que Jack allait revenir dans une saison 5 très attendue, la question était de savoir comment. Car Jack, dans ce plan final, montrait tout ce qu'il y avait de plus anti-héroïque chez lui: ses coutumes, ses manies, et sa prise en otage sanglante à l'Ambassade chinoise pour retrouver les coupables de la menace terroriste précédente. Jamais à courts d'idées, les scénaristes nous ont cette fois-ci réservée une saison que je qualifierais de géniale, passionnante, complète et parfois même ahurissante.

Les choses vont donc mal pour Bauer: il se retrouve sur une vidéo de surveillance truquée, preuve qu'il pourrait avoir assassiné froidement David Palmer, ancien président des Etats-Unis venu à la rescousse du président Logan lors de la quatrième saison. Un meurtre qui choque l'Amérique entière, et qui oblige l'agent de la CAT à sortir de sa vie d'ouvrier fiancé à une mère de famille veuve pour retrouver les responsables de l'attentat. Très vite, il se rend compte à l'aide de ses anciens coéquipiers que le meurtre de Palmer et son accusation ne sont que les prémices d'un complot mêlant des proches du Président à un gaz neurotoxique dangereux… Annoncés comme les plus tonitruants de la série (en attendant la saison 6, qui monte encore en épouvante dès ses premières minutes), les quatre premiers épisodes de cette saison 5 ont pour but de sortir le plus vite possible de la routine de Bauer pour le replonger dans le feu de l'action. Un début très classique et un peu décevant, qui commence d'abord par 20 minutes titanesques pour baisser ensuite sa garde et revenir vers un rythme normal. Mais en très peu de temps, tout les éléments sont mis en place: David Palmer est assassiné particulièrement froidement à la stupeur générale (pas plus de 5 minutes d'apparition pour Dennis Haysbert), un attentat plonge dans le coma Michelle et Tony Almeida, et Jack Bauer est le principal suspect à cause d'une vidéosurveillance truquée. Retrouvant un peu trop vite ses habitudes du terrain, Bauer est obligé de sortir de l'ombre et de prévenir les gens qui faisaient partis de sa disparition, victimes unes par unes d'attentats en tout genre. Toujours épaulé par Chloé au sein de la CAT qui fait tout pour garder son calme, cette enquête va vite déclencher une réaction en chaînes qui nous montrent encore une fois une attaque terroriste, mais qui semble ici beaucoup plus travailler dans le fond. Bien entendu, les terroristes répondent à tout les clichés possibles au fil des premiers épisodes: ce sont tous des Russes surentraînés, répondant à des ordres d'un premier chef qui se révèlera être un sbire d'un autre grand chef, lui aussi obéissant à d'autres plus haut placés et moins stéréotypés, remontant ainsi la chaîne alimentaire. Du simple soldat au patron douteux, tous agissent comme d'habitude, pensant servir de magnifiques intérêts et plongeant dans le chaos tout ce qui bouge à l'aide d'un virus, et plus précisément d'un gaz neurotoxique voler aux Américains eux-mêmes. Les premières missions de Bauer consisteront donc à empêcher le virus d'être propagé dans des lieux publics (centres commercial), jusqu'à ce que la moitié de saison recentre la série sur un complot particulièrement étonnant impliquant ni plus ni moins que le président des Etats-Unis, le bien nommé Charles Logan. Le déclic se fait donc après le 10ème épisode, soit à peu près à la moitié de saison. 24 HEURES CHRONO devient une série gouvernementale et passionnante dès qu'elle entre dans ce complot interminable qui ne semble jamais finir. Un complot tellement bien ficelé que cette cinquième saison paraît alors parfaite de bout en bout, en phase totale avec la quatrième saison qui apparaît alors comme une introduction, une préparation à ce que l'on allait avoir. Toute la première partie de la saison semble aussi avoir été conçu comme ça. Si vous vous ennuyez fortement lors des passages de la présidence, c'est normal: c'est pour mieux berner le spectateur qui croit assister à un épisode d'A LA MAISON BLANCHE, avec un président Logan agaçant et hésitant (avant de se révéler sadique et manipulateur), et sa femme Martha particulièrement foldingue, qui gagne la confiance du spectateur dès que le président paraît plus louche. Le moindre des indices distillés (appel téléphone de Palmer, médicaments contre le stress pour Martha) prend toute son ampleur lors de cette deuxième partie, lorsque l'on entre dans un marathon sans fin. Jack Bauer n'affronte plus de simples terroristes, de simples manipulateurs. Il affronte l'organisation, le gouvernement, le pouvoir. C'est là que l'anti-héros gagne toute son ampleur: il a la force de se battre contre n'importe qui, n'importe quand, n'hésitant pas à prendre en otage le président lors de l'avant-dernier épisode ou à tirer froidement dans le genou d'une femme innocente pour faire parler un suspect. Et même lorsque son personnage se retrouve en face de femmes, son plus grand ennemi, sa personnalité demeure travaillée et brossée pour casser son image: il se remet rapidement avec Audrey, sauve le fils de sa fiancé en début de saison, et affronte le regard de Kim Bauer, grande revenante de la série (je suis fan et j'assume !). Mais que serait 24 sans ses intrigues obscures et ses minis twists dévoilés à la dernière seconde de chaque épisode ? Une nouvelle fois, la série prouve qu'elle peut condenser de multiples sous intrigues et arcs scénaristiques afin de conserver le suspens tout en stabilisant le décor ou les personnages. A de plusieurs reprises, on assiste donc à des mini films, des mini intrigues parfaitement intégrées au reste du série, et beaucoup moins grossières que la saison 3 quelque peu hésitante sur ce point (moitié de saison au Mexique). Au programme: une prise d'otages dans un aéroport devant des caméras du monde entier, un assaut dans un centre commercial où Jack se fait passer pour un grand informaticien afin d'infiltrer les terroristes, une prise d'otage dans un avion par Jack himself, une course poursuite distillée dans la deuxième partie entre Jack et son ancien chef patriote (un peu répétitive), et surtout ce double épisode absolument tétanisant où la cellule est infiltrée et contaminée par le virus, montrant la mort d'un grand nombre de personnages importants (dont Edgar, que je ne peux plus supporter).

Il faut aussi noter que cette saison apporte un lot de révélations et de mystères bien antérieurs à la première saison, ou bien passés sous silence dans les saisons précédentes. Se créant petit à petit sa propre mythologie, nouveaux acteurs en grandes formes et nouveaux personnages apparaissent petit à petit, ou reviennent, pour le plus grand plaisir du fan de base. Le bonheur est celui de retrouver Kiefer Sutherland qui trouve ici sa meilleure interprétation du personnage, mais aussi une Chloé beaucoup moins insupportable, une Audrey Raines plus du tout potiche, un Bill Buchanan impressionnant de sobriété, l'agent de terrain Curtis en grande forme, un Tony Almeida traumatisé par la mort de sa femme (et qui mourra dans un élan de stupidité plutôt triste) et le parfait petit enfoiré Charles Logan, décidemment le plus salaud d'entre tous (en plus d'être sacrément incompétent). Mais ce n'est pas tout: un ancien chef de Jack Bauer particulièrement dangereux (Peter Weller…LE ROBOCOP !), Kim qui revient dans quelques épisodes plus belle que jamais (raaaaaah Elisha Cuthbert) et un personnage pour le moins inhabituel, Lynn McGuill (joué par Sean Astin), qui vire vite au rouge lorsqu'il s'agit de diriger la cellule et ses employés, pouvant aussi bien être un enfoiré qu'un sauveur tragique (son sacrifice final est poignant). Une galerie de personnages auxquels s'ajoutent les éternels seconds rôles (Mike Novic le conseiller, Aaron le garde du corps, Michael le frère de David Palmer) de la série. Sur une note sadique et traumatisante à souhait, 24 SAISON 5 se révèle être de loin la saison la plus riche et la plus maîtrisée de la série. Au départ lente et faussement inutile, elle se révèle puissante et destructrice dès l'assaut de la cellule, accompagné par la suite par des complots terrifiants et des fusillades nombreuses et dynamiques. Une saison qui va parfaitement bien à la suite de la quatrième, et qui sert de noyau à la sixième saison, qui risque bien de monter encore un rang plus haut. Les premières images s'accordent d'ailleurs à le dire, et il est possible que ces trois saisons d'affilés forment le cœur (ou la conclusion) rêvée à cette série et son héros increvable, le bien nommé Jack Bauer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://main-animation.forum-actif.net
 
24 - Saison 5
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» a chaque espèce de poisson, sa meilleure saison
» assiettes de fruits saison à la crème dessert
» Les animés de la prochaine saison
» Buffy : votre saison préférée ?
» Semaine 5 : Saison 1, épisodes 9 et 10

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Main - Animation :: Culture :: Télévision-
Sauter vers: